1er Tournoi Fide de Marciac – 02/2019

Après la grille américaine, le commentaire de notre président ! .

La GA du tournoi :

Pour sa première édition, l’open de Marciac  a connu un franc succès : 11 clubs étaient représentés avec une forte participation des clubs d’Auch (7 joueurs), Mont de Marsan et Pau Berlioz (6 joueurs chacun).

Chess in Marciac n’était représenté que par 4 joueurs, Esteban étant partagé entre le tennis et les échecs avait entraînement samedi et match dimanche…au tennis.

Sur les 32 participants, 18 adultes et 14 jeunes de moins de 15 ans qui ont saisi l’opportunité de venir s’entraîner avant leur championnat de ligue des jeunes de Nouvelle Aquitaine ou d’Occitanie.

En 5 rondes d’une heure au KO (comme avant l’invention des cadences Fischer où un incrément rallonge la durée de la partie au fur et à mesure de son avancement) les joueurs -tous classés à moins de 1500 points Elo car l’objectif était de permettre aux non classés de réaliser des performances en s’étalonnant face à des joueurs ayant des classements allant de 1010 à 1490 afin d’obtenir leur premier Elo Fidé- se sont affrontés de samedi matin à dimanche après-midi.

Tout le monde n’est pas forcément adepte de parties limitées à 2 heures au maximum car beaucoup apprécient d’avoir beaucoup de temps pour réfléchir ; cela fait partie des paramètres qui pourraient évoluer, comme le “plafond” des 1500 Elo qui pourrait aller jusqu’à 1600 l’année prochaine ; nous réfléchissons à la faisabilité des diverses suggestions…pour faire plaisir à Guy Fermen  qui ne s’accommode plus des cadences au KO.

Mais naguère, la totalité des compétitions ne se jouant qu’avec des pendules mécaniques (donc sans incrément avec rajout de 30 secondes par coup comme cela se pratique fréquemment de nos jours où les pendules électroniques ont supplanté les pendules mécaniques), et les arbitres étaient confrontés au moment délicat du 40e coup où les joueurs à la pensée “chronophage” se retrouvaient en “zeitnot” et donc contraints à gérer le stress provoqué  par le fait d’avoir à jouer plus de 10 coups en moins de 5 minutes.

Les cadences dites “Fischer” ne sont pas là uniquement pour assurer la tranquillité des joueurs mais surtout celle des arbitres !

Car l’obligation de noter les coups du début à la fin leur permet d’avoir – en théorie – deux feuilles de parties (les seuls “témoignages objectifs” et la “mémoire des coups joués ” sur lesquels il peut s’appuyer pour juger en cas de requête d’un joueur , à condition que les feuilles soient lisibles, complètes et sans erreur de notation, ce qui n’est pas toujours le cas ! Je ne citerai personne en particulier mais certains se reconnaîtront …)

Alors que les interventions arbitrales elles-mêmes sont réglementées (la “chute d’un drapeau”, la vue d’un coup illégal, par exemple l’autorisent à intervenir sans l’avis de l’un des joueurs mais les réclamations de nullité pour retour de position doivent être déposées en y mettant les formes – sous peine d’être non recevables si elles n’ont pas été déposées conformément aux règles…qui évoluent presque chaque année !)

Tout cela pour dire que notre arbitre Bernard Dubertrand n’était pas à la fête avec une cadence qui permet de ne plus noter lorsque la pendule d’un joueur est descendue au dessous des “cinq dernières minutes ” (comme dirait l’inspecteur Bourrel : “bon sang, mais c’est bien sûr!”) et qui l’obligeait à gérer des ” zeitnots “à deux endroits différents simultanément.

Mais il s’est très bien tiré d’affaire car aucun incident notable n’est venu émailler ce tournoi , grâce à une sportivité exemplaire de l’ensemble des participants.

Et puis, le beau temps étant de la partie, les enfants ont pu jouer au ballon à côté de la salle (merci à Denis Despaux qui avait apporté un ballon et des buts pour occuper les enfants entre les parties) et c’est une bonne façon d’évacuer le stress, surtout après une défaite !

Pour les résultats individuels, je vous invite à consulter la “grille américaine” sur le site fédéral, au même endroit que l’annonce de tournoi.

Vous y constaterez la performance remarquable du jeune Noah, petit poussin, classé 1070 qui termine avec une performance de 1478. Et celle de la jeune Lisa qui emporte le prix féminin. Tous deux sont sociétaires du club de Pau Henri 4, club ayant obtenu depuis longtemps le label de “club formateur ” délivré par la FFE aux clubs qui font des efforts particulièrement importants en faveur des jeunes, ces deux jeunes sont qualifiés pour le championnat de Nouvelle Aquitaine. Nous leur souhaitons autant de succès qu’à Marciac !

Puisqu’il faut conclure, je vous dirai que le trio de tête est exclusivement gersois : deux Marciacais et un Risclois (François Gramont a eu la bonne idée de s’inscrire in extremis pour faire le 32e joueur ; bien lui en a pris : il termine 3e du tournoi !)

La coupe offerte par Monsieur le Maire restera à Marciac.

Merci à tous les participants et… à l’année prochaine pour la deuxième édition (toujours limitée aux 32 premiers inscrits)