1ère journée du tournoi

Je laisse notre président faire la description de la première journée , je ne mets que la grille américaine

à l’issue de la 3ème ronde :

Le président prend la plume avec un léger décalage horaire (à peine 48 heures!) après moult explications de Manu (notre technicien du blog sans qui je n’aurais jamais posté le moindre article).

Dire que je suis nul en informatique est un doux euphémisme !

Pire : depuis le vendredi 12 avril 1985 où j’ai failli rendre l’âme dans un magnifique tonneau tête-à-queue , c’est l’ordinateur que je venais d’acheter une semaine auparavant qui a rendu l’âme à ma place.

J’ai pris cet avertissement gratuit pour un signe : les ordinateurs ne sont pas faits pour moi !

Obligé d’en racheter un pour me reconnecter au monde “civilisé” (recevoir ou envoyer des mails est plus économique  et plus rapide que la bonne vieille lettre timbrée) j’ai oublié de faire un stage d’initiation pour me mettre à jour en ce qui concerne  les évolutions qui ont eu lieu pendant les 20 ans où je suis resté sans ordinateur personnel. Or, en 20 ans, il ne vous aura pas échappé que pas mal de pratiques (réseaux sociaux , blogs , sites de jeu en ligne pour les joueurs d’échecs,  … j’en passe et des pires !) ont modifié notre façon de vivre.

Je ne suis plus totalement “ordinophobe” (je me soigne !)

Mais je suis encore loin de la virtuosité des “geeks” .

Manu m’a demandé  de commenter la première journée ; allons-y !

Sur la “grille américaine” publiée ci-dessus, vous pouvez voir qui a joué contre qui , à quelle ronde , avec quelle couleur, et quel fut le résultat.

On peut ainsi voir que notre ami François Merlet a lâché la position de leader qu’il occupait depuis le début, eu égard à son Elo de 1490 F, en raison d’une nulle à la ronde 3. En revanche Fabrice Couget , notre “goléador” en équipe (5/5) confirme sa valeur ; avec 3/3, il est en tête du tournoi avec l’étonnant vétéran Dacqois André Lutz (bravo Dédé) et votre serviteur  (j’ai campé à la table 2 toute la journée mais dimanche matin, déménagement vers la table 1 ; les choses “sérieuses” vont commencer !).

Des performances (et donc aussi des contre-performances ) il y en a déjà eu et il y en aura d’autres dimanche. Mais ce qui émane de ce tournoi, avec les 14 jeunes mélangés à 18 adultes, c’est une ambiance détendue (peut-être due au soleil qui préfigure le printemps prochain), amicale et sportive malgré tout. Pas de “nulles de salon” entre des joueurs se connaissant bien pour assurer un prix final . Bref un tournoi joué dans un bon esprit !

C’est un bon entraînement pour les jeunes qui disputeront bientôt leur championnat de ligue de Nouvelle Aquitaine et d’Occitanie.

En tant qu’organisateur , je dois remercier tous les participants et en particulier les Auscitains, les Palois et les Montois qui ont , à eux seuls , fourni les deux tiers de l’effectif. Mais je n’oublierai ni Denis Lafon venu de Bayonne ni François Gramont  qui fut le 32e inscrit, même s’ils furent les seuls représentants de leurs clubs.

En tant que joueur, je suis bien conscient que certains  apprécieraient d’avoir des incréments de temps (Denis Lafon, excuse-moi de jouer en moins de 15 secondes par coup en moyenne, alors que tu as joué à une cadence beaucoup plus lente, poussant ta logique de longue réflexion jusqu’à tomber au temps…) mais naguère, avant l’invention des pendules électroniques, tout le monde jouait sans incrément , sans cadence Fischer. Et j’ai la nostalgie des parties sans incrément qui ont presque disparu. Moi, ce n’est un secret pour personne, c’est dans les parties avec incrément que je m’ennuie (trop longues, beaucoup trop longues à mon goût !)

Il en faut pour tous les goûts : ceux qui aiment les parties longues sont servis dans tous les autres opens ; ceux où l’on ne joue qu’une partie par jour ou deux au maximum.

Organiser un tournoi homologué Fidé sur 2 jours,  en 5 rondes, ne permet pas de jouer à une cadence lente ! (du genre 90 minutes plus 30 secondes par coup, comme à Mont de Marsan ou 60 minutes plus 30 secondes par coup, comme à Tarbes)

Mais je pense que la plupart des jeunes ont dû apprécier cette cadence : la preuve en est que 5 d’entre eux ont trusté les prix par tranches Elo espacées de 100 points seulement (encore une spécificité de notre open : dans les autres tournois, l’amplitude est de 200 points).

Pour la suite des commentaires, j’attendrai demain : le match de coupe d’Europe opposant l’Olympique Lyonnais à Barcelone va commencer dans moins de trois quarts d’heure et j’aimerais voir si l’ O.L. est capable de battre le Barça (et de résister à une “remontada” au match retour.

Amis lecteurs, à très bientôt !