Des nouvelles du club …et de certains membres

Avec la trêve des confiseurs, peu d’événements échiquéens, si ce n’est le tournoi de fin d’année à Mont de Marsan auquel 3 membres du club ont participé (que nous avons déjà relaté) et celui de début d’année (en parties rapides cette fois ) auquel participaient 4 membres du club,” les 4 mousquetaires” qui étaient allés à Logrono début septembre : Pierre Lalondrelle, François Merlet, Jean-Luc Demoulin et votre serviteur.

Ce tournoi, destiné à désigner le champion des Landes de parties rapides en catégories “Seniors Plus” (âgés de 50 à 64 ans) et vétérans (65 ans et plus) était ouvert aux non Landais  et l’an dernier, c’est notre sociétaire, Pierre Lalondrelle,  (alors licencié à Mont de Marsan) qui avait remporté le titre de Champion des Landes 2018.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas !

Cette année, Pierre  termine à la neuvième place juste derrière François Merlet, avec qui il avait fait nulle lors de la 6e ronde.

Jean- Luc Demoulin, avec 4/7 , termine à la 5e place, c’est à dire dans le premier tiers. Pour un joueur peu habitué à cette cadence (15 minutes + 5 secondes par coup) c’est un très bon résultat !

Quant à moi, un faux-pas, dès la 1ère ronde, face au futur vainqueur du tournoi (309 points Elo de plus) et une nulle lors de la troisième ronde me condamnaient à ne pouvoir renouveler ma performance de l’année dernière (1er devant tous les Landais !)

Mais je termine dans le groupe de tête des 3 joueurs à 5,5/7, après avoir battu le 2e lors de la 6e ronde et le champion des Landes 2018 lors de la 7e et dernière ronde.

Un joli résultat pour l’ensemble des Marciacais  se classant honorablement (3e, 5e, 8e et 9e sur 16 participants).

Un grand merci à l’organisateur, Bernard Dubertrand, président de l’Echiquier Montois, qui nous a invités à venir participer à ce tournoi.

Des nouvelles de nos malades maintenant !

Le vendredi 4 janvier, Manuel Varas, notre arbitre fédéral, joueur ,  et secrétaire du club nous annonce qu’en raison de souffrances post opératoires il ne pourra ni jouer ni arbitrer jusqu’à la fin de la saison (ce qui met fin au projet d’organisation du tournoi des 16 et 17 février à Marciac , faute d’un arbitre qualifié). Mais lorsque la douleur est quasi permanente (au point de l’empêcher de dormir plus d’une à deux heures par nuit) le quotidien  est difficile à assumer ! Courage,  Manu ! Repose-toi tout le temps nécessaire  : on peut reporter le tournoi à une date ultérieure !

Le samedi 5 janvier, enfin une bonne nouvelle : dans sa carte de voeux , Hans Moors , nous rassure sur son état de santé (même s’il ne nous garantit pas qu’il pourra revenir à Marciac avant la fin du mois de mars pour jouer au moins un match) qui s’améliore petit à petit… Croisons les doigts et souhaitons-lui un prompt rétablissement !

Même s’il n’a pas touché une pièce d’échecs pendant les sept derniers mois, le simple fait que l’on puisse espérer le revoir à Marciac (qu’il a quitté en mai dernier) avant fin mars nous remet du baume au coeur !

Et notre prochain match , dans 13 jours à Tarbes,  redevient la priorité. Si on veut entretenir le suspense de notre fin de championnat de ligue d’Occitanie, la défaite est interdite ! Or je n’oublie pas que , malgré leur forfait face à l’équipe de Condom 2, le 16 décembre dernier, cette équipe de jeunes a battu l’entente Ciadoux -Riscle ( pourtant au complet pour une fois) le 18 novembre; équipe contre qui nous n’avions fait que match nul lors de la première journée de championnat, à 5 contre 4 (François Gramont étant absent).

Chacun des 5 joueurs de”Chess in Marciac” devra donner le maximum de son potentiel pour entretenir l’espoir jusqu’au bout de la saison : ni défaite ni match nul, seule la victoire nous permettra de rester collé aux basques des premiers de la poule.

Je souhaite donc à tous mes coéquipiers une efficacité maximale face aux jeunes loups tarbais. Interdit de négliger des jeunes adversaires en raison de leurs Elos sous évalués ! On doit jouer comme s’ils avaient tous un Elo supérieur au nôtre …

Pas de raison d’avoir peur : la peur n’évite pas le danger ! Respectons nos jeunes adversaires : ils le méritent !

Mais pas au point de les craindre outre mesure ; si chacun est sérieux et concentré jusqu’à la fin de sa partie, nous avons les moyens de les battre ; il ne faut pas que l’enjeu inhibe notre potentiel !

Courage, sérieux et confiance en soi (mais pas excès de confiance !)